Proposition scientifique

Les précédentes études que nous avons menées sur les pratiques et les usages en bibliothèque sont orientées par une vision holistique, non déterministe des situations que nous observons, permettant de saisir des régularités dans les pratiques, sans réduire l’activité des individus et des groupes à un comportement modélisable. Nous proposons d’étudier les « manières de faire » dans les bibliothèques de la MEL selon cette vision, par le biais d’une approche qualitative (observations ethnographiques au sein de différentes bibliothèques du réseau, sur la durée, suivies d’entretiens), avec en appui, des analyses quantitatives, centrées sur les mesures de fréquentation, les taux de rotation des collections, l’étude des connexions sur site et à distance, données qui pourront être croisées avec les caractéristiques et profils des publics. Pour cela nous nous appuyons notamment sur des acquis en analyse qualitative des usages en bibliothèque (Roselli et Perrenoud, 2010; Le Douarin et Petite, 2008) ainsi qu’en traitement quantitatif de gros volumes de données homogènes ou hétérogènes (Kergosien et al., 2014; Bevort et Bréda, 2005). D’autres types de recueil de données, tels que le « sweeping » permettront de créer un instantané des pratiques à un moment donné dans un lieu ou une salle. Nous opérons une distinction entre le concept d’« usage » qui désigne une conduite finalisée face à un objet (livre, ordinateur), et celui de « pratique » qui se réfère plus largement à toute activité ou manière de faire, individuelle ou collective, située socialement. Les deux notions impliquent cependant une dimension culturelle, se comprennent par rapport à un environnement et une temporalité, une image de soi et des autres, et des savoirs qui sont mobilisés dans et par l’action.

Nos travaux (Maury Y., Kovacs S., Thiault, F., 2014; Beguin et Kovacs, 2011; Despres-Lonnet, 2007) ont montré que la prise en compte de toutes les activités en bibliothèque et en lien avec elle, sans a priori, permet d’être attentif à la façon dont les individus « font avec » les ressources et services, comment ils s’approprient, s’adaptent à, ou contournent les propositions d’usage qui leur sont faites notamment à travers la mise en espace des lieux, la mise en scène des collections et l’offre de ressources mises à leur disposition. Ces études ont également mis en avant les façons dont les usagers de la bibliothèque, à travers les activités qu’ils y mènent et les représentations sociales (perception des espaces, des services, des équipes, etc) qui sous-tendent ces pratiques, participent à la construction-même d’une idée de «bibliothèque » (lieu de vie, d’études, de partage, d’animation, etc.). Considérer la bibliothèque comme lieu «co-construit » – et non pas uniquement « reçu » – par les publics permet de mener une réflexion dynamique sur les potentiels d’échange entre publics et bibliothèques, et sur les formes de médiation (documentaire, culturelle, sociale, technique) à privilégier ou à développer, selon les environnements.

Nous nous intéresserons donc aux modalités d’appropriation des espaces et des ressources à plusieurs échelles :

  1. la venue en bibliothèque : motivations pour la venue, modalités d’accès, transports utilisés, parcours urbain emprunté, place de la bibliothèque dans la vie sociale / scolaire / professionnelle / associative ;
  2. le séjour en bibliothèque : pratiques au sein de la bibliothèque, utilisation des espaces, des services, des collections, activités en groupe (familles, amis) ou individuelle, autonomie dans les pratiques info-documentaires, interactions diverses ; circulation dans les espaces;
  3. l’usage des collections et dispositifs : pratiques de recherche d’informations et des documents ; emprunt de documents ou lecture sur place, types et activités de lecture, écoute, visionnage, lecture-feuilletage-travail scolaire, place du corps, utilisation des ressources apportées…

En particulier, nous interrogerons la place des dispositifs numériques ou services innovants au sein des bibliothèques notamment par rapport aux différentes phases (selon les bibliothèques) de leur intégration (projet initial – mise en oeuvre – ajustements) afin de comprendre les processus d’innovation et d’adaptation réciproques au niveau des équipes (bibliothécaires et agents) et des publics. Nos recherches au sein des Learning center (Kovacs, Maury, 2014) nous ont permis d’observer notamment l’importance des ajustements successifs dans la nature de l’offre de certains dispositifs (salles avec télévision-vidéo ; ordinateurs portables) en fonction des usages, mésusages, ou contournements des ressources. Il nous paraît important de considérer les nouveaux dispositifs techniques en bibliothèque (accès VOD, accès presse numérique, etc) non pas en tant qu’outils mais comme des “composites” (Le Marec, 2003) qui associent des pratiques, des objets techniques et des représentations sociales dans un environnement institutionnel fortement symbolique. Ainsi une analyse de la pertinence du dispositif doit prendre en compte sa participation dans une situation de communication précise.

Parallèlement à l’analyse des pratiques au sein des espaces des bibliothèques de la MEL, nous tenterons de :

  • saisir la nature des liens tissés avec la bibliothèque par des usagers « à distance » (consultation des ressources électroniques, prêts à domicile, bibliobus, services au sein des écoles, etc.),
  • mener une enquête auprès des personnes (ou familles) ayant ‘abandonné’ leur bibliothèque de quartier (abonnement non renouvelé) afin de comprendre les changements qui ont contribué à cet abandon, que ce soit au niveau des habitudes ou parcours de vie, des pratiques informationnelles et culturelles, etc.
  • étudier la place des bibliothèques sur le territoire de la MEL en analysant les pratiques dans le temps et dans l’espace des citoyens (usagers et non usagers) autour des bibliothèques, ainsi que son insertion dans la vie sociale. Cela passe par une récolte des flux de déplacements des citoyens dans le temps et dans l’espace, puis par une cartographie des flux de déplacements pour mettre en avant des habitudes, particularités, lieux d’intérêts autour et pour les bibliothèques, etc. Nous nous appuierons notamment sur les résultats des travaux du projet Senterritoire (Kergosien et al., 2015) pour la représentation des données dans le temps et dans l’espace.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search